CONSEIL - FORMATION - COACHING

Fermeture avant changement de paradigme

Par Jean-Michel PHILIPPON

Il y a environ 8 mois, quand je commençais l’écriture de mon livre, je ne pouvais imaginer, comme chacun d’entre nous, la situation exceptionnelle et inédite que nous vivons actuellement. Je ne pouvais imaginer des milliers de malades arriver aux urgences des hôpitaux et des centaines de morts causées par un ennemi invisible. Je ne pouvais imaginer notre Président de la république s’adresser à plus de 35 millions de téléspectateurs en déclarant que nous étions en guerre. Je ne pouvais pas plus imaginer notre pays et le monde tout entier dans un cataclysme économique aussi fort que celui qui s’annonce. Enfin, je ne pouvais imaginer un seul instant que 8 mois plus tard nous serions dans l’impérieuse nécessité de reconstruire un monde nouveau pour demain. Car, oui, demain sera et devra être différent. Comme Emmanuel Macron l’a déclaré : « Le jour d’après ne sera pas comme le jour d’avant ».

Demain sera différent et ce sera à nous de l’écrire.

Dans ce chaos dans lequel nous vivons aujourd’hui, nous possédons néanmoins deux certitudes pour demain.

La première est que nous gagnerons cette guerre, même si le prix à payer sera exorbitant tant en nombre de morts qu’en nombre de faillites.

La deuxième est que nous aurons l’obligation de reconstruire un nouveau monde.

A l’heure où j’écris ces lignes la Chine semble aller mieux, l’Europe ne sait pas de quelle hauteur sera la vague et les Etats Unis se préparent sans savoir vraiment à quoi se préparer. Certains pays d’Afrique ou d’Amérique du sud s’attendent à vivre ce qu’ils n’ont jamais vécu tout en sachant qu’ils ne possèdent aucun moyen efficace pour tenir.

Ce choc d’une intensité abyssale va transformer notre monde d’une manière fondamentale et irrémédiable. Alors même que les effets sont encore très loin d’être analysables, nous savons que demain le monde sera différent car nous serons différents, et surtout notre regard sur ce monde sera différent.

Demain les choses essentielles à la vie redeviendront visibles. A l’image d’un cyclone qui emporte les maisons, nous redécouvrirons les fondations sur lesquelles elles reposaient.

Notre regard sera certainement très différent sur l’écologie. Vivre ce cataclysme va rendre les plus sceptiques d’entre nous en positions très délicates. Notre regard sera surement différent sur les modèles économiques, le système capitaliste, les outils financiers et la mondialisation à outrance.

Quand la tempête a tout emporté, on en profite toujours pour reconstruire différemment. Même si les liens entre ce coronavirus et la manière dont nous vivions, travaillons et agissons ne sont pas directs et évidents, il y a de grandes probabilités pour que nous en profitions pour changer de paradigme. J’affirme même que cela est incontournable.

Il y a tout juste 20 ans j’ai eu à vivre en tant que dirigeant un cataclysme de grande ampleur pour mon entreprise. En effet, en octobre 1999 un incendie a ravagé totalement les bâtiments et 40 personnes ont vu en quelques heures leur outil de travail réduit en un tas de cendres. Ce fût un choc considérable pour tous, un véritable traumatisme. 9 mois plus tard, nous retrouvions des locaux tout neufs avec de très nombreuses améliorations. Il aurait été inconcevable pour moi de ne pas profiter de ce choc pour en extraire toutes les opportunités de renaître plus forts que ce que nous étions auparavant. Mais bien au-delà des aspects matériels, nous avons reconstruit nos liens et la manière de travailler ensemble. Le jour d’après n’était plus le jour d’avant et nous avons tous profité de l’opportunité qui nous été offerte que ce jour d’après soit mieux que le jour d’avant.

Il sera bien question de cela dès que cette guerre sera gagnée et terminée. Il sera question de connaître ou de reconnaître nos fondements essentiels pour reconstruire un nouveau monde plus fort. Dans ce monde de demain l’entreprise aura un rôle majeur à jouer. En se reconstruisant elle devra en même temps reconstruire son écosystème.

L’entreprise d’après ne sera pas comme l’entreprise d’avant.

Il y a 8 mois quand j’écrivais mon livre, la guerre n’avait pas commencé. Et pourtant des signaux faibles étaient perceptibles. Non pas des signaux de pandémie virale mais des signaux nous alertant sur la manière dont nous agissions en de nombreux domaines.  Comme si nous percevions déjà que notre paradigme n’était plus le bon pour notre planète, ni pour l’homme qui y vit.

Qu’est-ce qu’un paradigme ? Pour les sciences humaines et sociales, un paradigme est une représentation du monde ou d’un écosystème dans lequel vivent et évoluent les habitants de ce monde ou de cet écosystème. Le paradigme est une manière de représenter le monde. De cette représentation vont se décliner nos valeurs, nos comportements, nos choix et nos décisions. Nous agissons selon la réalité perceptible et subjective de notre propre contexte. Il est fort probable, et je l’espère, que demain nous ne voyions plus le monde comme l’avons vu hier. De ce fait, la manière dont nous allons reconstruire tout, car tout sera à reconstruire, devra tenir compte de ce que nous voulons voir demain. Nous allons avoir à décider de ce que nous mettons ou pas dans notre paradigme.

Ne ratons pas l’occasion de tout reconstruire, mais en reconstruisant sur de nouvelles bases.

Voici 8 tendances qui vont certainement faire partie de notre nouveau paradigme.

  • Un retour à l’essentiel, pour l’homme et la nature sans les séparer.
  • Une nouvelle mondialisation moins financière et plus écologique.
  • Une consommation raisonnée et sensible aux impacts sanitaires et écologiques.
  • Des Etats plus interventionnistes sur des secteurs fondamentaux et des nationalisations.
  • L’accroissement de la digitalisation avec un renforcement des protections numériques.
  • Le développement des industries de la santé et de la recherche scientifique.
  • Une prise de conscience des valeurs collectives de solidarité et de responsabilité.
  • Une nouvelle approche, plus systémique, de la vie au travail et respectueuse des individus.

Avant la pandémie, ces 8 tendances étaient déjà présentes dans nos esprits, mais leur mise en oeuvre était impossible dans l’ancien paradigme. La pandémie ne va pas rendre leur mise en œuvre plus facile, elle va la rendre incontournable.

Dans ce monde de demain, ce nouveau paradigme, le monde du travail et en particulier la manière dont nous souhaitons travailler ensemble devra elle aussi être en cohérence avec ces mêmes tendances. Le management du futur devra être plus humain, plus collectif, plus systémique, mais surtout il devra être plus responsabilisant et plus favorable à développer la solidarité. Cette solidarité et cette responsabilité qui sont, durant la période de confinement actuellement vécue, tellement essentielles à notre survie, qu’elles ne pourront pas s’anéantir sous le poids du retour aux mauvaises habitudes.

Comme une forme de présage, j’ai intitulé mon livre « La nouvelle vie des managers ». Rassurez-vous je ne suis pas devin, mais j’avais comme une forme d’intuition que les choses devaient changer dans le management de nos entreprises. Rassurez-vous encore, je n’étais pas le seul ! Ce maudit virus n’a fait que de nous mettre chacun devant une responsabilité à laquelle nous devons répondre demain par le changement et par l’action.

Dans mon ouvrage je propose une nouvelle approche du management qui va promouvoir une nouvelle manière de travailler ensemble, que j’appelle l’intelligence coopérative. Cette dernière est une forme d’intelligence collective, mais qui active dans sa mise en œuvre deux valeurs essentielles que nous venons de voir précédemment que sont la responsabilité et la solidarité. Vous pourrez découvrir que cette intelligence coopérative se compose de 4 états différents selon les situations rencontrées dans le travail. Ces 4 états sont :

  • Le Tous pour Un
  • Le Un pour tous
  • Le Tous pour Tous
  • Le Un pour Un

A chacun de ces états vous pourrez trouver dans mon ouvrage des outils très pratiques de mise en œuvre de l’intelligence coopérative dans le quotidien du management.

Enfin, concernant les managers, je vous décris pourquoi et comment ils doivent avoir un rôle essentiel pour nos entreprises dans le nouveau paradigme. Ce rôle devra être bi-énergétique portant à la fois sur la facilitation de l’intelligence coopérative et à la fois sur une forme de leadership pour ses équipes et ses collaborateurs. C’est en cela que le sous-titre de mon livre est : « Devenir leader de l’intelligence coopérative ».

Ce nouveau monde qui s’impose à nous dans la souffrance et les épreuves, soyons unis pour le dessiner ensemble dans tous les domaines de la vie comme dans le domaine du management, en y mettant les valeurs qui se révèlent aujourd’hui à notre nouveau regard comme essentielles et vitales.

Prenons soin de nous aujourd’hui et pour demain.

Jean-Michel PHILIPPON

« La nouvelle vie des managers « 

« Devenir leader de l’intelligence coopérative »

Editions GERESO

disponible en format papier ou numérique sur :

Librairie RH

Amazon

Eyrolles

FNAC

 

Les commentaires sont fermés.