CONSEIL - FORMATION - COACHING

Vertus et talents du Manager

Par Jean-Michel PHILIPPON

Il y a peu de temps un Dirigeant s’exprimait sur les conditions essentielles à la réussite managériale dans son entreprise. Il disait la chose suivante :

« Les 3 conditions pour qu’un management soit performant sont :

  • En premier, avoir un bon manager
  • En deuxième, avoir un bon manager
  • En troisième, avoir un bon manager. »

En fait, la recette est simple, mais il fallait y penser.

De tous les temps et de toutes les époques, il y a eu des bons managers et des mauvais managers.

Dans tous les systèmes d’organisation, du Taylorisme à l’entreprise libérée (quand il reste encore des managers), il y a eu des bons et des mauvais managers.

Dans toutes les entreprises, du grand groupe international à la PME locale, il y eu a eu des bons et des mauvais managers.

Parmi  les différentes approches et formes de management, il y a des bons et des mauvais managers.

Si au-delà des questions de structures, d’organisations, de fonctionnements, de règles et de processus, nous nous posions la question suivante : « Pourquoi des fois ça marche et pourquoi des fois ça ne marche pas ? » Qu’est ce qui fait que dans certaines entreprises connues pour ne pas être des modèles d’exemplarité managériale, existe parfois des oasis de management performant ? Comment se fait-il que dans des organisations ayant fortement investit dans un processus de réingénierie managériale, des bastions persistent dans une certaine forme de toxicité managériale ? »

La réponse est simple. Tout dépend de l’Homme. En d’autres termes tout dépend du Manager lui-même. Il peut, à lui tout seul, dans son service, son département ou tout simplement dans son équipe, transcender un système managérial global pour le rendre performant ou déficient. Nous connaissons tous, directement ou indirectement ces managers, que nous appelons des « bons managers ». Des managers, qui au delà des différents contextes, savent combiner la performance avec la bienveillance.

Après quelques années passées moi-même à remplir cette fonction managériale, puis à accompagner des managers dans leur développement, j’ai pu constater des écarts constants entre les managers qui réussissent leur mission, quelques soient leurs contextes, et ceux qui échouent.

Paradoxalement ces écarts ne se mesurent pas en terme de connaissances des approches ou des techniques managériales, mais en terme de comportements activés ou non par le manager lui-même. Ceci explique pourquoi les multiples stages ou formations aux techniques managériales n’ont que très peu d’impact sur la qualité effective du management sur le terrain.

L’homme, le manager, étant le facteur clé d’un management efficient, c’est sur son « savoir être » que repose l’essentiel de la réussite managériale.

Ce « savoir être » qui se traduit par les comportements que le manager met en œuvre ou non dans son quotidien relationnel, est constitué de qualités morales et d’aptitudes intellectuelles, essentielles à un management de qualité. Je vous propose de découvrir les vertus et les talents que possèdent tous les managers qui réussissent leur mission avec performance et bienveillance.

 

Les 3 vertus du Manager

Les vertus du manager sont ses qualités morales qui vont quotidiennement le guider dans sa mission.

Ces trois vertus essentielles au management ne sont pas celles les plus répandues dans notre société d’aujourd’hui. En effet, une augmentation du besoin de satisfactions personnelles, rapides et changeantes, écarte de fait ces trois vertus.  La notion actuelle du principe de précaution poussée à l’extrême et la défiance envers les organisations, n’engagent pas les personnes à prendre des risques.  Le manager doit prendre conscience que ces vertus sont néanmoins à son service, pour avancer de façon saine et durable.

La première des vertus est l’Abnégation :

L’abnégation passe par le renoncement à tout maîtriser, à tout comprendre, à tout prévoir. C’est accepter d’avancer dans une relative incertitude. Accepter que le système soit complexe. Accepter qu’il soit dans un changement permanent. Accepter l’autre tel qu’il est de façon inconditionnelle. Renoncer de ce fait à une forme de contrôle et de pouvoir sur les choses, les personnes, les circonstances. C’est aussi savoir reconnaître ses erreurs et renoncer à être celui qui sait. C’est connaître ses forces et ses faiblesses. C’est accepter d’agir pour l’intérêt général et renoncer au pouvoir suprême.

La deuxième des vertus est la Persévérance :

La persévérance permet de garder le cap malgré les tempêtes, les oppositions et les doutes. Elle permet de garder en vue la raison d’être et la mission de son équipe. Elle fait  vivre continuellement  au quotidien les valeurs fondamentales et favorise leur partage. La persévérance permet de ne pas basculer dans un découragement de confort, ni de rester dans une obstination destructrice. Elle instaure une tempérance et une stabilité dans les relations. La persévérance permet d’être celui qui dure plutôt que celui qui brille. La persévérance anime une constance et une détermination positive.

La troisième des vertus est la Témérité :

La témérité est ce courage et cette prise de risque pour agir dans le changement, partager une vision et promouvoir l’innovation. C’est le courage d’entreprendre, d’oser, d’innover, de faire confiance, de se faire confiance. La témérité est la volonté d’aller toujours de l’avant, de ne pas stagner dans sa zone de confort, d’aimer partager ses rêves et d’agir pour les réaliser. La témérité permet d’activer la curiosité, et de ne pas craindre l’échec. La témérité transforme le futur en avenir et provoque le changement au lieu de le subir.

Les 3 talents du Manager

Les talents du manager sont les aptitudes intellectuelles qu’il va devoir régulièrement mettre en œuvre dans ses relations avec ses collaborateurs. Comme pour les vertus, ces talents ne sont pas toujours en phase avec les aptitudes générées par notre société actuelle. En effet, la prévalence de l’individualisme tend à bannir toute forme d’intérêt collectif.

Leader of Teamwork Background # VectorLe premier des talents est l’Ecoute.

Que ce soit pour son organisation, pour son équipe ou tout simplement pour lui-même, le manager doit être continuellement à l’écoute. Il doit être en quête de toute information interne et externe en lien avec la mission confiée. Le manager n’est pas celui qui « sait » mieux qu’un autre. Ce n’est pas no
n plus celui qui « dit » plus que les autres. Son expertise n’est plus dans le contenu mais dans la facilitation des processus et dans l’émergence du sens. En termes d’information,  le manager doit être un facilitateur. Il doit être, par son écoute active et ses questions, un cultivateur afin que ses collaborateurs puissent trouver en lui un terreau de leurs idées et de leurs propositions. L’écoute doit permettre au manager de prendre en compte l’informel au cœur du formel. Par son intelligence émotionnelle, le manager doit se connecter à chaque membre de son équipe, pour lui permettre d’entendre et de prendre en compte ce qui n’est pas dit. Ecouter l’autre est le plus beau signe de reconnaissance inconditionnel qui puisse lui être donné. L’écouter, c’est lui dire implicitement qu’il existe, qu’il est important et qu’il est compétent. Cette aptitude est essentielle pour la mission du manager.

Le deuxième des talents est l’Inspiration.

Inspirer ses collaborateurs c’est leur donner un éclairage nouveau. Un éclairage qui donne envie de découvrir et de s’engager. L’inspiration c’est une bouffée d’air neuf pour avancer vers un avenir créatif, tracé par une vision partagée. L’inspiration donne confiance en soi et en l’avenir. Elle permet de transcender  les difficultés du cheminement au profit de l’essentiel de la mission. Pour un manager, inspirer ses collaborateurs et son équipe, c’est leur ouvrir un champ des possibles plus large et plus innovant. Inspirer c’est dire : « Ce rêve est réalisable. » Inspirer c’est lever les craintes et les peurs liées à l’incertitude. Inspirer l’autre c’est lui permettre de voir plus loin, plus haut, lui montrer un objectif ambitieux et un chemin réalisable.

Le troisième des talents est la Mobilisation.

Il y a un temps pour la réflexion, un temps pour la décision et un temps pour l’action. La mobilisation est cette énergie qui, une fois la décision prise, permet
la mise en mouvement, la mise en action. Pour un manager, mobiliser c’est mettre en mouvement un collectif uni, vers des objectifs communs. La mobilisation donne à l’engagement et à la motivation les moyens de s’exprimer dans l’opérationnel. La mobilisation est la mise en cohérence des forces et des compétences individuelles au service d’une dynamique collective. Elle est l’étape incontournable du premier pas vécu sans crainte et avec enthousiasme. Elle permet à l’équipe d’agir ensemble et de donner vie à la création de valeur collective. Le manager doit, par la confiance, le charisme et l’exemplarité être le déclencheur et le fédérateur de la mobilisation collective.

Ces vertus et ces talents peuvent être développés chez chacun de nous. Nous en avons certains en nous de façon innée ou acquise. D’autres sont moins développés, et nécessitent un travail sur soi. Ces vertus et ces talents, une fois développés, sauront accompagner au quotidien le manager vers des comportements et un savoir être, favorisant l’émergence d’un management performant et bienveillant.

 

Jean-Michel PHILIPPON

Les commentaires sont fermés.